<div style= »width: 100%; »><div style= »position: relative; padding-bottom: 56.25%; padding-top: 0; height: 0; »><iframe frameborder= »0″ width= »1200″ height= »675″ style= »position: absolute; top: 0; left: 0; width: 100%; height: 100%; » src= »https://view.genial.ly/5fcdf79a34487c74a6da83a9″ type= »text/html » allowscriptaccess= »always » allowfullscreen= »true » scrolling= »yes » allownetworking= »all »></iframe> </div> </div>

Préparer son dossier pour le CRPE

Préparer son dossier pour le CRPE

Voici une synthèse concernant le contenu du dossier de l’option éducation musicale pour l’épreuve du CRPE. Vous trouverez quelques conseils à propos de la méthodologie et quelques remarques importantes reportées dans les rapports de jury de l’académie de Montpellier et de Toulouse.

Entrée en matière…

Si le dossier d’option n’est pas évalué, il fait l’objet « d’une étude approfondie » par les trois membres du jury. Ce document sera en effet un support pour l’entretien; il permet d’avoir une première représentation de vous en tant que futur enseignant. Les examinateurs ont ainsi un avant goût de votre

« faculté de programmer une séquence et [de votre] réflexion dans le champ disciplinaire choisi et plus largement ».

Forme & structure

Comme vous le savez sans doute, le cadrage est assez précis: un dossier n’excédant pas 10 pages, annexes et bibliographie comprises; le sommaire et la page de garde sont en sus. Certains sites académiques imposent ou conseillent d’opter pour un format de mise en page (choix de police, interligne…), il est donc conseillé de vous y reporter. Ces précisions peuvent également figurer sur votre convocation.

La structure peut se découper comme suit:

  • page de garde (à télécharger sur le site de l’académie de passation)

  • sommaire

  • synthèse des fondements scientifiques

  • description d’une séquence pédagogique

  • bibliographie, discographie, vidéographie, sitographie

  • annexes

A ce dossier, vous pouvez joindre un DVD, un CD ou une clé USB.

Support multimédia

Ce document peut être inséré dans une pochette collée à l’intérieur de votre dossier. Il est impératif de se renseigner sur les modalités académiques afférentes: quels sont les supports autorisés, y a-t-il une exigence de présentation, nombre d’exemplaires à fournir, date butoir…

Présentation

Votre projet doit être lisible et clair, réalisez un sommaire de présentation du document numérique. Triez efficacement les données stockées dans des formats numériques accessibles. N’oubliez d’établir des liens avec ces supports dans votre écrit mais aussi lors de votre oral.

Allez à l’essentiel!

 « Faire preuve de mesure vis-à-vis du contenu ».

Inutile de surcharger ce support de données car les examinateurs n’auront probablement pas le temps de lire, d’écouter ou de visionner l’intégralité des documents. Allez donc à l’essentiel, sélectionnez uniquement ce qui vous paraît incontournable et ce que vous allez utiliser lors de votre entretien. Les documents diffusés lors de l’épreuve orale doivent être obligatoirement consignés au préalable soit dans le dossier soit dans le support multimédia. Il est donc nécessaire d’anticiper sur ce point.

Liens vers un site internet

Pour l’académie de Montpellier, il est précisé que les liens concernant les fichiers multimédias sont à proscrire, il vous faudra donc stocker directement le document sur un des supports. Le jury n’a souvent pas accès à internet lors de la journée de concertation. Vous pouvez cependant faire apparaître les liens que vous jugez importants dans votre sitographie.

Nature des documents

Vous êtes libre de joindre ce que vous souhaitez dans la mesure où cela vient étayer votre séquence et votre réflexion.

« A titre d’exemple, les futurs candidats peuvent présenter :
– des documents supports ne pouvant figurer dans le dossier (œuvres musicales, vidéos…)
– une reproduction de documents figurant dans le dossier (par exemple des œuvres artistiques) afin de faciliter leur lecture
– des documents supplémentaires en quantité limitée (par exemple un logiciel pédagogique) ».

Le terrain

Ont été particulièrement appréciées par le jury, les productions d’élèves réalisées en classe: traces écrites, enregistrements ou vidéos.

« Les documents mettant en scène les productions d’élèves se sont avérés assez pertinents et éclairants sur le déroulement de la séquence. Ils ont aidé à mettre en relief les qualités pédagogiques des candidats et l’aptitude à l’analyse professionnelle centrée sur les processus d’apprentissage des élèves et les obstacles qu’ils rencontrent. »

Ce type de document donne un aperçu du candidat in situ et alimente le dossier de pistes concrètes. Toutefois, il est prudent de faire preuve du recul réflexif nécessaire avant de présenter un tel support (difficultés rencontrées, objectifs atteints, analyse de la posture de l’enseignant et des élèves…):

« [posez] un regard critique sur [les pratiques engagées] en en pointant précisément les limites. »

Faites preuve de modestie, valorisez vos facultés d’analyse et proposez des remédiations afin d’améliorer la mise en œuvre de votre séquence.

Accompagner la prestation vocale

La pratique vocale étant l’un des quatre piliers de l’éducation musicale, il est fortement conseillé de chanter pendant la présentation orale de votre dossier. Ceci peut se faire a cappella ou accompagné d’un enregistrement; la pratique instrumentale (voir texte ci-dessous) étant depuis peu proscrite… Si vous optez pour la seconde solution, l’accompagnement musical devra alors figurer dans votre support multimédia. Proposez une tonalité adaptée à la tessiture des enfants.

Diffusion des documents multimédia

Si vous souhaitez visionner un extrait de vidéo ou procéder à une écoute musicale durant l’épreuve, il est prudent de venir équipé de votre propre matériel. Concernant la diffusion des extraits sonores, munissez-vous d’enceintes favorisant une écoute musicale confortable; le système d’amplification des tablettes numériques ou des ordinateurs étant la plupart du temps assez médiocre.

Les textes étant parfois assez obscurs et changeants au sujet du matériel autorisé, plusieurs possibilités peuvent se présenter. 

  • Les examinateurs vous refusent l’accès à tous les documents que vous avez envoyés. Du coup, vous allez devoir mener votre oral par cœur, sans aucun support et étayer votre propos en renvoyant éventuellement le jury aux documents que vous avez remis.

  • Les examinateurs vous donnent un exemplaire des documents que vous avez envoyés, à vous de les utiliser à votre guise. Il est donc conseillé de venir équipé du matériel adapté à la diffusion de ces supports. Le jury peut éventuellement proposer de mettre à votre disposition le matériel nécessaire, mais cela est rarissime…  

Concernant l’académie de Montpellier, voici ce qui est précisé sur la convocation: 

« Aucun matériel n’est mis à disposition du candidat (tableau tec.). Seule une prise de courant (220 volts) sera mise à disposition. Le temps d’installation est comptabilités dans le temps de l’exposé. Le candidat peut néanmoins apporter du matériel pour étayer sa prestation mais exclura l’utilisation d’un instrument de musique. » 

Il est donc nécessaire de se renseigner sur ces modalités car elles peuvent varier selon l’académie ou d’une année sur l’autre… 

Imprimez les documents écrits que vous souhaitez utiliser pendant l’oral, ces derniers doivent être consignés dans le dossier ou le support multimédia. Munissez-vous également d’une copie exacte de tous vos supports. 

Les instruments de musique

Supports d’étayage

Si vous décidez de construire des instruments de musique avec votre classe ou si par exemple vous souhaitez travailler à partir d’une mallette de percussions, rien ne vous empêche de les présenter lors de l’oral. Il s’agit alors d’étayer votre projet pédagogique. Le jury peut toutefois refuser que vous utilisiez ces supports… Il est donc prudent au préalable, si c’est une piste centrale, de les avoir photographiés, enregistrés ou filmés et de faire apparaître ces documents dans votre dossier ou votre support numérique. 

Interprétation & pratiques instrumentales

Le texte extrait de la convocation (voir ci-dessus) mentionne que l’utilisation d’instruments de musique est proscrite. Il faut peut-être entendre que, dans la mesure où l’épreuve n’est pas réservée à des spécialistes et n’impose de fait aucune pratique instrumentale ou aucune connaissance « solfégique », elle ne doit pas pénaliser les candidats non instrumentistes. 

Si cependant, vous jouez d’un instrument et souhaitez développer la pratique instrumentale avec vos élèves ou accompagner votre chanson, vous pouvez vous enregistrer, vous filmer afin de mieux étayer votre séquence. Dans certains cas, cela peut permettre de gagner du temps, en effet, certains instruments comme la batterie nécessitent un temps de montage trop chronophage pour une épreuve orale de concours. Renvoyez ensuite le jury à ces supports dans votre dossier et/ou pendant votre oral. Attention, il s’agit avant tout d’étayer les pistes pédagogiques, éventuellement valoriser vos qualités de musicien sans toutefois étaler votre virtuosité…

Éléments de méthodologie 

Lisibilité & fluidité 

Vous devez faire preuve d’empathie avec le jury. Ce dernier n’a finalement que peu de temps à consacrer à la consultation des dossiers, facilitez donc son travail. 

Titres & sommaire 

En un coup d’œil, les examinateurs doivent être capables d’appréhender rapidement le contenu de votre projet. Pour en fluidifier la lecture, les grandes lignes doivent être lisibles: il est recommandé de 

« donner un titre à son dossier et de le faire figurer en première page. » 

Le contenu du sommaire doit être explicite et concis. Inutile de choisir des titres peu informatifs ou redondants du style « l’éducation musicale à l’école primaire » ou trop neutres « les instructions officielles ». La lecture de votre sommaire doit faire apparaître votre progression et donner envie de plonger dans votre dossier. Vos qualités d’enseignant émergent déjà dans votre manière de construire et de présenter votre travail. 

Rédaction 

« Il est attendu d’un candidat au concours de professeur des écoles une syntaxe et une orthographe irréprochables. »

 Afin d’éviter les maladresses, les fautes d’orthographe ou encore une mise en page maladroite, faites relire votre dossier par différentes personnes, y compris des non spécialistes.  

Synthèse des fondements scientifiques 

Équilibre 

« L’équilibre entre les deux parties du dossier doit également être respecté. Consacrer entre trois et cinq pages à la synthèse des fondements scientifiques nous semble être un minimum avant d’exposer la transposition didactique et la mise en œuvre au sein d’une séquence pédagogique. » 

Créer du sens et des liens

La première partie ne doit pas être une succession de définitions encyclopédiques des notions ou des contenus disciplinaires abordés. A ce propos, les rapports de jury déplorent:

« une absence de liens entre la synthèse des fondements scientifiques relatifs au sujet retenu et la séquence pédagogique présentée. »

« Très souvent le dossier contient des éléments sur l’évolution de l’enfant. Ils sont pour la plupart datés, souvent circonscrits aux stades de Piaget et aux éléments fondamentaux du socio constructivisme. Leur évocation est souvent plaquée et offre un caractère hautement artificiel. Rares sont les candidats qui parviennent à les mettre en résonance avec leur séquence. » 

Voici les points clefs qui doivent transparaître: 

justifiez l’intérêt de votre problématique d’un point de vue pédagogique, disciplinaire et montrez les congruences avec les textes officiels

valorisez votre maîtrise, votre recherche dans les notions et les pratiques disciplinaires abordées

explicitez la méthodologie et les stratégies didactiques choisies pour la mise en œuvre votre séquence

Structurez et liez ces point; une demi-page de « copier-coller » de textes officiels ou de définitions ne présente aucun intérêt… 

« Par fondements scientifiques, on attend la présentation des principaux acquis scientifiques qui permettent de comprendre le sujet retenu, mais aussi, selon la nature du sujet ou du cycle, les éclairages qu’apporte la connaissance des élèves et des mécanismes d’apprentissage. » 

Dans cette discipline, précisez la méthodologie, vos stratégies didactiques dans la mise en œuvre des  différentes pratiques musicales

Analyse des supports & transposition didactique 

Analysez précisément les supports choisis (partitions, œuvres musicales, chansons…), vous devez être incollable sur l’auteur, le compositeur, les œuvres, les courants musicaux et artistiques mentionnés. 

« Maîtriser parfaitement les éléments techniques [évoqués] dans [le] dossier : les œuvres d’arts, les artistes, les courants qui sont évoqués dans le dossier doivent être maîtrisés. »

« Situer l’œuvre, l’artiste et faire des liens entre différentes œuvres. »

« En éducation musicale, faire preuve d’une bonne connaissance des programmes » 

L’analyse doit ainsi mettre en évidence votre maîtrise des supports en vue d’une transposition didactique. Par exemple, lorsque vous proposez une œuvre pour un travail d’écoute, vous devez préciser les éléments saillants du langage musical, les notions disciplinaires que vous allez traiter avec vos élèves (ostinato, structure, orchestration, pulsation, forme, bourdon, canon…). Cette analyse vous permet ensuite de fixer précisément les objectifs disciplinaires et d’expliciter vos stratégies didactiques. 

« L’option musique suppose d’être « au clair » sur certains points fondamentaux tels que : pulsation, tempo, rythme, timbre, mélodie, harmonie … ce qui n’est que rarement le cas. »

« Les repères culturels : les candidats connaissent bien leur dossier mais ils ont des difficultés à élargir leur réflexion sur des aspects relevant de la culture musicale de base nécessaire à un P.E. »

« On ne saurait admettre une connaissance partielle des programmes de la discipline choisie ainsi que des compétences du socle commun qui s’y rapportent. Un futur enseignant doit les connaître pour les maîtriser au quotidien. » 

Récapitulatif 

Voici les différentes étapes: 

Pourquoi:

    • présentation, justification du sujet, de la problématique ou du thème

Quoi:

    • choix des supports & analyse

    • notions et pratiques disciplinaires dégagées

    • congruences avec les instructions officielles

Comment:

    • transposition didactique: adaptabilité, stratégies et mise en œuvre  

Attention ceci n’est pas une proposition de plan mais un résumé des points importants. Organisez vos idées et évitez les redondances afin de ne pas donner l’impression de faire du « sur-place ». Par exemple, vous pouvez proposer un plan qui se découpe selon les pratiques musicales engagées. Dans tous les cas favorisez la fluidité, évitez de « balader » le lecteur par des allers et retours, allez droit au but! 

Séquence disciplinaire 

Présentation générale et déroulé des séances 

Dans un premier temps précisez les objectifs et le plan général de la séquence (cycle concerné, nombre de séances, compétences et savoirs…), puis proposez ensuite un plan détaillé pour chacune des séances. Le lecteur doit être capable d’appréhender le contenu intégral de votre séquence. Donner un titre concis à chacune des séances facilite la lecture et permet rapidement de comprendre votre intention, votre progression. Ne chargez pas trop cette deuxième partie que vous allez principalement étayer à l’oral. 

Évitez les répétitions, par exemple si vous pratiquez systématiquement un échauffement vocal, inutile de détailler le contenu à chaque séance surtout s’il est identique… Soit vous précisez les différentes étapes dans la partie scientifique si votre problématique s’y prête, soit vous proposez un plan plus succinct dans la présentation générale. Dosez déjà ce qui sera développé dans le dossier ou lors de l’oral. 

Contenus et objectifs disciplinaires 

« Nombre de dossiers sont très centrés sur la tâche du maître à accomplir, peu sur les élèves ou sur les apprentissages. Cette tendance se retrouve également dans l’exposé. Une évolution significative est attendue sur ce point. L’épreuve revêt un caractère professionnel que trop de candidats ne semblent pas encore avoir pris en compte. »

« (…) déterminer des objectifs, décrire les compétences attendues des élèves, envisager le déroulement d’une ou de plusieurs séances d’enseignement, rechercher des supports d’enseignement (supports papier ou numériques), évaluer les acquis des élèves, prendre en compte leurs erreurs ou leurs difficultés… »

« Les candidats se focalisent souvent sur des déroulements de séances et ne mettent pas suffisamment en valeur ce qu’apprennent les élèves. Fréquemment, les savoirs visés, les capacités ne sont pas identifiés. »

« La justification de la pratique élève au-delà de celle « pour le plaisir », à conserver certes mais insuffisante. » 

Plutôt que de décrire l’activité de l’enseignant, questionnez-vous: qu’est-ce que les élèves apprennent? Que savent-ils faire dans le champ disciplinaire? Quelles sont les compétences transversales mises en jeu (ces dernières peuvent être précisées dans la présentation générale de la séquence). Détaillez ces savoirs et ces savoirs faire pour chaque séance. Par exemple, en quoi la séance 2 est-elle un approfondissement de la séance 1? Montrez la spécificité de chaque séance; l’articulation de vos séances, la cohérence dans les enchaînements doit rendre votre progression pédagogique lisible. Je pars d’où? J’arrive où? Quelles sont les étapes de ce cheminement? 

Équilibre et pragmatisme 

« Le nombre de séances proposées est souvent trop élevé et ne prend pas en considération l’équilibre qu’on doit rechercher afin que chaque domaine prévu dans les programmes soit enseigné. » 

Inutile de programmer un nombre de séances trop important. Imaginez une classe qui chante la même chanson pendant 10 séances, soit un peu plus de deux mois… Soyez réaliste, équilibrez vos pratiques. Il est risqué par exemple de consacrer une séance complète à de l’écoute musicale (entre 45 et 60 min). Pour favoriser l’adhésion des élèves, variez vos propositions. 

L’articulation doit être cohérente et porteuse de sens pour les élèves. Il ne serait pas bienvenu de proposer lors d’une séance, un chant et une écoute musicale n’ayant aucun lien. L’enchaînement doit donc être pensé et argumenté à l’oral ou dans la partie scientifique si nécessaire. Par exemple, êtes-vous capable de justifier pourquoi dans une séance vous commencez d’abord par un écoute musicale et enchaînez ensuite par une pratique vocale? 

L’évaluation 

« La prise en compte des compétences et des progrès des élèves dans les domaines artistiques. » 

Personnellement je n’impose pas aux étudiants de faire figurer l’évaluation dans le dossier. Dans tous les cas vous devez être capable d’argumenter ce point à l’oral en définissant très précisément le type d’évaluation choisi (sommative, formative…), le système de notation (grille, note…), les modalités (oral, écrit…), le contenu précis de l’évaluation, des critères (compétences et savoirs disciplinaires en jeu…) et enfin le lien avec les instructions officielles. 

« Pensez à la pratique artistique; ne pas toujours se focaliser sur les connaissances encyclopédiques. Sortir des arcanes de l’évaluation formatée et proposer une évaluation des productions d’élèves dépassant le renseignement de fiches. » 

Annexes « prêtes à l’emploi » 

Au final, le format du dossier vous permet de joindre très peu de documents en annexe. Choisissez donc les supports qui vous semblent essentiels. Ne surchargez pas cette partie, facilitez toujours la lisibilité de vos données. Il est conseillé de didactiser vos propositions. Par exemple si vous travaillez sur la découverte des instruments africains, ne les présentez pas en vrac. Votre document doit faire apparaître le classement que vous avez choisi (par modes de jeu ou par famille…) et rendre apparent votre  transposition didactique. 

Pour les supports plus « secondaires » ou les enregistrements, ils seront bien entendu stockés sur la clé USB ou le CD. De la même manière, vous pouvez au préalable préparer vos découpages sonores si vous procédez à des écoutes fragmentées. Ceci peut être pertinent pour le repérage d’une notion précise ou pour vous faciliter la tâche lors de votre prestation orale. A ce propos, vous pouvez utiliser le logiciel Audacity libre et gratuit. Il vous est également possible de préciser le minutage concernant l’extrait choisi. 

Au-delà du concours 

« Certains candidats manifestent peu de curiosité intellectuelle. Ils se limitent souvent à leur sujet sans s’attarder sur les liens qu’ils pourraient éventuellement nouer afin de donner de la cohérence à leur propos. » 

Démontrez que cette préparation a enrichi votre réflexion. Cela peut apparaître de différentes manières. 

Pluri, inter, trans – disciplinarité & transversalité 

« Les objectifs sont trop souvent loin des « objectifs spécifiquement musicaux ». La mise en réseau est quasi toujours axée sur des contenus littéraires ; on oublie les caractères musicaux (pulsation, rythme) en se concentrant sur le contenu des textes. » 

Précisez en quoi votre projet pédagogique s’inscrit plus largement dans votre enseignement. Quels sont les liens avec les autres champs disciplinaires et en quoi l’éducation musicale permet de développer des compétences plus transversales. Cela suppose que vous êtes au clair avec ces notions. Faites apparaître dans votre dossier ces liens sans toutefois trop les développer, vous pourrez toujours étayer à l’oral. Par contre vous devez maîtriser toutes ces pistes et éventuellement être capable de présenter la séquence (à l’oral) dans le champ disciplinaire que vous avez mentionné; démontrez votre polyvalence. 

Programmation 

« L’insertion de la séquence dans une progression annuelle, voire de cycle. » 

Il est souvent difficile d’anticiper une programmation annuelle. Si votre séquence nécessite des prérequis, vous pouvez avoir une idée de la période de programmation. Quelles séquences pourriez-vous programmer en amont et à la suite de votre projet? Ces pistes seront plutôt développées lors de l’oral; quelques lignes ou quelques mots à ce sujet seraient peut-être bienvenus dans votre deuxième partie. 

Recherche & ouverture  

Bibliographie, discographie, vidéographie & sitographie 

« Une bibliographie, en fin de dossier, indique les sources utilisées par le candidat. Sur le fond, c’est-à-dire le contenu, il est recommandé de s’appuyer sur des sources reconnues sur le plan scientifique. Un dossier basé uniquement sur les données du site wikipédia ne révèle pas un candidat ayant procédé à une recherche approfondie, et que dire des quelques candidats (peu nombreux fort heureusement) ayant procédés à de simples copier-coller de contenus tirés d’internet !! » 

Grâce à la bibliographie, la discographie et la sitographie, le jury identifie le sérieux de votre recherche. Il y a sans doute des auteurs ou des œuvres clefs en lien avec votre problématique. Ne passez pas à côté… Démontrez que au-delà de votre séquence vous avez fait des recherches qui vont enrichir votre pratique professionnelle. Vous pouvez aussi faire apparaître des ouvrages concernant d’autre champs disciplinaires mais toujours en lien avec votre projet. Cela démontre aussi une volonté d’ouverture. Il est aussi possible de cibler un chapitre particulier dans un ouvrage ou un article. Dans tous les cas tout ce qui est mentionné est maîtrisé. 

Pour la présentation nous vous conseillons de vous reporter aux normes APA. Voici quelques liens utiles: 

Réaliser une bibliographie, une sitographie 

Un lien plus complet sur les normes APA – Universite de Montréal 

Pour les ouvrages musicaux, se caler sur les normes de la vidéographie : 

NOM, Prénom, Nom de l’album, Année, Label, référence 

Exemple: McFERRIN, Bobby, The Voice, 1984, Elektra/Musician, 7559-60366-2 

Pratique professionnelle & expérimentations 

« Si le fait de ne pas avoir pu mettre en œuvre tout ou partie des séquences ne peut être reprochée aux candidats, il est fortement attendu que les candidats arrivent à se projeter dans leur futur métier et qu’ils aient une représentation exacte de la fonction de PE. » 

Mettez en valeur votre pratique professionnelle. Si lors d’un stage ou les années précédentes, vous avez expérimenté l’enseignement de l’éducation musicale vous devez le faire apparaître, soit dans votre dossier, soit/et dans votre support numérique et surtout lors de votre oral. Les décalages et les ajustements nécessaires à la mise en œuvre de votre projet sont peut-être intéressants pour conclure votre dossier ou votre présentation orale. En quoi votre pratique avec les élèves vous a-t-elle amené à repenser, adapter votre séquence? Quelles réflexions personnelles retirez-vous de cette expérience? 

« Trop souvent, les candidats se réfèrent à des expériences de classe ou à des propositions de formateurs sans les analyser et sans s’approprier les propositions. Ils doivent pouvoir justifier leurs choix dans la séquence abordée. »

« Les stages dans les écoles pourront utilement aider les candidats à tester la validité de leur préparation. » 

Ce dernier point démontre votre souplesse, votre qualité d’adaptation et de remise en question dans le métier. Attention toutefois de ne pas vous fragiliser en ne faisant apparaître que les points négatifs.  

Conclusion 

Pour conclure votre dossier, plusieurs pistes peuvent-être envisagées: les ouvertures sur d’autres champs disciplinaires, votre programmation annuelle dans la discipline, vos expériences en classe, votre réflexion sur une pratique spécifique… 

Bon courage pour votre préparation et n’hésitez pas à me faire part de vos questionnements!